Published On:12-Oct-17

Mer de Chine-Pékin proteste après le passage d'un navire américain

Share This
TAGS

La Chine a déclaré mercredi qu'elle « répondra aux provocations répétées de l'armée américaine » après une nouvelle entrée d'un navire de l'US Navy dans des eaux revendiquées par Pékin en mer de Chine méridionale.
Le destroyer Chafee de l'US Navy a pénétré sans autorisation dans les eaux territoriales proches de l'archipel des îles Xisha (aussi appelées « Paracels »), a indiqué le ministère chinois de la Défense, qui a dénoncé une « provocation ». L'armée chinoise a immédiatement dépêché une frégate, deux avions de chasse et un hélicoptère pour exiger du navire américain qu'il quitte la zone, selon la même source. L'action américaine « viole la souveraineté et la sécurité de la Chine, porte atteinte à la confiance mutuelle stratégique entre les deux pays et leurs deux armées, et mine la paix et la stabilité dans la région », a déploré le ministère dans un communiqué. « La Chine est fermement opposée à cela et a protesté officiellement auprès des Etats-Unis », a précisé la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Hua Chunying lors d'une conférence de presse régulière. L'initiative américaine est de nature à alimenter les tensions entre Pékin et Washington en mer de Chine méridionale. Pékin revendique la quasi-totalité de cette immense zone maritime au nom de « raisons historiques », mais des pays riverains (Vietnam, Philippines, Malaisie, Brunei) y ont des prétentions rivales. Chaque nation y contrôle plusieurs îles. Les Etats-Unis ont envoyé plusieurs fois leurs navires de guerre à proximité d'îlots contrôlés par la Chine, au nom de la « liberté de navigation », selon eux menacée par Pékin. En cas de confirmation par les Etats-Unis, l'initiative américaine de mardi serait la quatrième du genre depuis l'arrivée du président Donald Trump à la Maison blanche en janvier. « L'armée chinoise répondra aux provocations répétées de l'armée américaine », a promis le ministère chinois de la Défense, appelant Washington à « prendre des mesures sérieuses pour corriger ses erreurs ».
Le Point