Published On:12-Oct-17

Kénya-Le Parlement facilite la réélection de Kenyatta et ajoute à la confusion

Share This
TAGS

Au lendemain du retrait surprise de Raila Odinga de la nouvelle élection présidentielle du 26 octobre, le Parlement kényan a voté un amendement facilitant la réélection du président sortant Uhuru Kenyatta, provoquant des manifestations.
Le Kenya s'enfonce jour après jour dans la crise. Alors que le Parlement kényan a voté, mercredi 11 octobre, un amendement controversé ouvrant la voie à la réélection du président sortant Uhuru Kenyatta, des milliers de partisans du chef de l'opposition Raila Odinga ont manifesté, mercredi 11 octobre, au Kenya. Le texte voté au Parlement, boycotté par les députés de l'opposition, indique que le retrait d'un candidat qualifié pour le second tour d'une élection présidentielle entraîne automatiquement la victoire de l'autre. Il prendra effet une fois signé par le président de la République. Au lendemain du retrait de Raila Odinga de la présidentielle du 26 octobre, ce vote a été vivement dénoncé par l'opposition.

« Élection pire que la précédente »

Raila Odinga avait menacé à plusieurs reprises de boycotter cette nouvelle élection si des membres de la commission électorale, qu'il accuse d'avoir couvert les irrégularités dénoncées, n'étaient pas remplacés. « Tout indique que l'élection programmée le 26 octobre sera pire que la précédente' », a-t-il déclaré avant d'annoncer son retrait. Le chef de l'opposition estime que son retrait implique l'annulation du scrutin du 26 octobre, organisé en raison de l'annulation en justice de la réélection du président Uhuru Kenyatta le 8 août, et l'organisation d'un tout nouveau processus électoral. Le chef de l'État soutient, lui, que l'élection doit avoir lieu, avec ou sans son principal rival.
France24